This website uses cookies to improve your user experience.

Click "I agree" or any link to accept these cookies. To learn more about how we use cookies, you can read about them here.

menu
FR
Back to menu

Choose your language

Blogs
24 mars 2021

Sortie en VTTAE avec Shimano et Santa Cruz dans le Jura

François Bailly-Maître a l'habitude des longues journées à vélo sur des trails enduro difficiles, mais il n'était pas vraiment préparé pour un parcours de 100 km sur les plus beaux trails du Jura français. Du moins, jusque maintenant... Le circuit VTTAE « Jura Sick » combinait onze trails différents, avec un dénivelé positif total de 5 000 m, réalisé sur un Santa Cruz Bullit avec moteur SHIMANO EP8. Le résultat ? Un parcours VTT d'un niveau jamais vu pour un plaisir inédit.

Unfortunately we cannot provide you this service with your current cookie preferences. If you would like to change your cookies preferences, please click “Privacy Policy and Cookies” in the footer.

Le Jura est la région qui m'a vu grandir. Il représente énormément pour moi. J'aime tout ce qui touche à cette région.

J'ai commencé à rouler sur certains des trails enduro d'aujourd'hui il y a plusieurs années, lorsque je m'entraînais pour le cross-country. Gravir ces trails était mon objectif à l'entraînement. Cela me forçait à rouler plus longtemps.

Je suis devenu pilote enduro en 2011. En plus de ma participation aux Enduro World Series, j'ai commencé, avec un groupe d'amis, à organiser une course. C'est ainsi que l'Enduro Jura by Julbo a vu le jour en 2014. Cet événement a marqué le point de départ du remarquable développement du VTT dans la région. Depuis cette époque, le réseau de trails, entretenu par l'organisation locale Enduro Jura VTT, a connu un développement considérable et le nombre de riders a explosé.

Après mon retrait de la compétition, j'ai lancé une activité de guide VTT/navette sur les trails d'Enduro Jura. Je n'ai aucun doute quant à la qualité et à la diversité de notre réseau de trails que j'emprunte presque chaque semaine avec mes clients.

Les montagnes ici ne sont pas aussi hautes que dans les Alpes, mais cela ne signifie pas pour autant que les montées sur un vélo enduro traditionnel soient faciles. Avec une différence d'altitude d'environ 700 m, il est impossible de fréquenter plus d'un trail ou deux sans assistance. L'accès par route est permanent, ce qui est parfait pour les navettes. Toutefois, les pistes sont soit trop raides, soit trop techniques pour un vélo normal. Le VTT électrique vient tout remettre en question. Il est désormais possible de s'amuser, même en grimpant les trails.

Vu l'augmentation du parc de vélos électriques et à l'occasion du lancement du modèle Bullit avec moteur Shimano EP8 chez Santa Cruz, j'ai eu l'idée de tracer un beau circuit dans la région qui emmènerait les riders sur les meilleures descentes et les plus belles montées. C'était l'occasion de montrer aux visiteurs que ce qui allait bientôt devenir l' « Enduro Jura VTT Trail Centrer » était un endroit unique pour venir rouler en raison de sa variété de terrains et de paysages à couper le souffle.

J'ai tracé un circuit varié avec des trails escarpés et très techniques, des sections rapides et roulantes, des itinéraires de randonnées et des trails conçus spécialement pour la pratique du VTT. Tous ces éléments s'enchaînent pour former le parcours dont j'ai toujours rêvé : 99,8 km avec 5 000 m de D+ et 5 800 m de D- sur onze trails différents.

Le parcours

J'ai pas mal d'expérience dans les longues sorties. J'ai participé à des raids VTT comme la Transvésubienne et La Forestière, mais je n'avais jamais accumulé 5 000 m de dénivelé positif en une seule journée. Pour moi, c'était la grande inconnue. Je sais que rouler sur un VTT électrique n'a rien à avoir avec un VTT classique, mais je ne pouvais pas oublier qu'il y avait un total de 11 trails avec pas mal de racines, de pierres et de virages.

De plus, je ne voulais pas utiliser le VTT électrique comme une simple navette. Je voulais ajouter un peu de piment et exploiter le moteur EP8 dans les conditions qui, d'après moi, étaient faites pour lui. C'est pour ça que j'ai ajouté quelques singles trails vicieux et escarpés pour accéder au départ de chaque trail enduro. Bien entendu, je savais que ces choix allaient vider les batteries (tout comme mes 80 kilos).

Finalement, j'ai opté pour la sécurité et j'ai emporté quatre batteries. Cela peut sembler exagéré pour 100 km, mais je devais tenir compte des exigences du dénivelé positif de 5 000 m et des portions techniques. Je n'ai jamais attendu qu'une batterie soit vide pour la remplacer. En effet, comme je voulais éviter les arrêts dans les longues montées difficiles, j'ai préféré les changer plus tôt.

J'avais calculé 5h30 pour terminer le parcours. J'ai probablement commencé trop fort, enthousiasmé par la vitesse atteignable en montée. Comme je connais les descentes sur le bout des doigts, j'ai pu maintenir une bonne vitesse. Malgré cela, je prenais du retard sur mon planning. Le parcours était vraiment exigeant.

De toute façon, l'important ici n'était pas d'établir des records, mais bien de profiter de chaque seconde à vélo. Je peux affirmer que ça a été le cas ; je me suis éclaté, aussi bien dans les descentes que dans les montées. Grimper via ces trails a été une expérience très enrichissante ; j'ai dû fournir de gros efforts et je n'aurais jamais imaginé que c'était à ma portée. À midi, mes jambes étaient déjà très lourdes, mais le VTT électrique me permettait de garder juste ce qu'il fallait de fraîcheur pour m'amuser dans les descentes.

Finalement, j'ai bouclé le parcours en 6h20. Vous pouvez analyser le parcours complet ici https://www.trailforks.com/route/fbm-challenge/. Les données vous diront tout ce qu'il faut savoir sur la difficulté. On n'a pas le temps de se reposer ici dans le Jura !

J'étais épuisé, mais vu le parcours, c'est bien normal. À titre de comparaison, un groupe de bons riders circulant en navettes peut rouler sur un maximum de huit trails en un jour. Pas onze.

J'ai été impressionné par la fluidité du Bullit avec le moteur EP8. Il m'a fallu deux petites séances d'essai pour bien maîtriser l'assistance dans les montées techniques. J'ai dû apprendre à ne pas forcer sur les pédales même quand la pente est escarpée, ce qui semble contre nature. Mais une fois que vous avez capté le truc, vous pouvez grimper presque partout et c'est génial. Le moteur est presque silencieux. Vous pourriez presque oublier que vous roulez sur un VTT électrique. Voire oublier complètement... !

Dans les descentes, le Bullit ne perd rien de son incroyable agilité. En fait, je le pilote de la même manière que mon MegaTower. La roue de 27,5 pouces à l'arrière permet à ce grand vélo de préserver un côté ludique tandis que la roue de 29 pouces à l'avant rassure dans les dévers et les descentes raides. Dans les lignes droites rapides, le supplément de poids augmente la stabilité. Vous vous sentez indestructible.

Pour moi l'expérience a été bien plus qu'un défi. J'ai fait une véritable découverte. Le VTT électrique m'a ouvert l'esprit sur les terrains à explorer et m'a permis de m'amuser beaucoup plus sur une journée, voire sur une heure. J'ai l'impression d'avoir découvert une nouvelle pratique du VTT que j'attendais depuis si longtemps.

Bullit de Santa Cruz

En savoir plus sur santacruzbicycles.com